C'est un miroir de grande taille dans une pièce luxueuse

LA LÉGENDE DU MIROIR (ARTICLE 2)

de lecture - mots

1) L'histoire des belles choses

 

A. L'arriver des miroirs

 Ce n'est que dans les années 1400 que les miroirs en verre ont commencé à remplacer ceux en métal dans les foyers européens. Les premiers grands miroirs en verre sont venus de l'île italienne de Murano, dans la lagune vénitienne.

Venise était le lieu des verriers depuis le XIIIe siècle, et la ville a attiré des talents de toute l'Europe, tous attirés à Venise par la promesse d'une vie meilleure. "La République de Venise les a élevés et les a traités davantage comme des artistes que comme des artisans ", écrit Sabine Melchoir-Bonnet dans The Mirror : Une histoire. "Elle les protégeait et les surveillait, et leur accordait de nombreux privilèges, comme le droit d'épouser les filles des nobles."

 

B. L'amélioration des miroirs

On ne sait pas très bien qui est à l'origine de la formule du célèbre verre translucide de Venise, ni qui a été le premier à appliquer un mélange de métaux fondus à l'arrière des vitres pour fabriquer le premier miroir moderne. Les verriers de Murano gardaient jalousement les astuces de leur métier, tout comme le gouvernement vénitien ; la divulgation de secrets commerciaux était passible de mort, et si un verrier osait quitter Murano, sa famille était parfois prise en otage pour tenter d'accélérer son retour.

Mais même au sein de la communauté réticente des artisans, il y a eu collaboration et expérimentation. Les fabricants de miroirs étaient toujours à la recherche de moyens d'améliorer la beauté de leurs objets, ainsi que de formules pour créer des miroirs plus grands et plus impressionnants. Certains ont ajouté du plomb à leur verre, d'autres ont incrusté des éclats de feuilles d'or scintillants à la surface. Ils recouvraient leurs miroirs d'argent, qui avait été poli et aplati, ou d'un amalgame étain-mercure.

 

 

C. Les vapeurs de mercure

 

a. La manipulation du mercure

 Les matériaux n'étaient pas très sûrs ; le mercure, en particulier, est très toxique. Les travailleurs qui inhalent des vapeurs de mercure peuvent développer des changements de comportement et de personnalité. Leurs reins pourraient lâcher, leurs mains pourraient se mettre à trembler. Ils pourraient commencer à faire l'expérience de ce que l'on appelle dans la publication de 2017 Occupational and Environmental Health, " la timidité pathologique, l'excitabilité accrue, la perte de mémoire, l'insomnie et la dépression... dans les cas graves, le délire et les hallucinations ".

 

b. "Chapelier fous"

 Si vous avez entendu parler des chapeliers fous, vous connaissez ces symptômes, qui étaient tout aussi répandus chez les fabricants de miroirs que chez les modistes. Et ils savaient précisément ce qui causait leur douleur, mais n'avaient souvent pas la mobilité économique nécessaire pour faire d'autres choix. En 1713, Bernardino Ramazzini documente les maux des fabricants de miroirs : "Ceux qui fabriquent des miroirs deviennent paralysés et asthmatiques en manipulant du mercure. A Venise, sur l'île de Murano, où l'on fabrique d'énormes miroirs, vous verrez peut-être ces ouvriers... gribouiller à la réflexion de leur propre souffrance dans leurs miroirs et maudire le métier qu'ils ont choisi."

 

2) Le luxe du miroir

 


Pourtant, pendant plusieurs siècles, les miroirs vénitiens ont été considérés comme le summum du luxe, donc naturellement, tout le monde à Paris en voulait un. Selon Melchoir-Bonnet, un "miroir vénitien, encadré dans une riche bordure d'argent, valait plus qu'un tableau de Raphaël : le miroir coûtait 8 000 livres, le tableau seulement 3 000." La demande de miroirs étant si forte, quelques Français bien placés se sont mis à comploter. Quiconque pourrait introduire l'industrie en France serait richement récompensé, à la fois par le roi Louis XIV et par la populace miroitant.
A Venise, sur l'île de Murano, où l'on fabrique d'énormes miroirs, on peut voir ces ouvriers... gribouiller à la réflexion de leur propre souffrance dans leurs miroirs et maudire le métier qu'ils ont choisi.

 

3) L'horrible histoire

 

A. Les mystérieuses morts

 Au début des années 1660, le ministre des Finances de Louis XIV, Jean-Baptiste Colbert, réussit à faire quitter Murano à plusieurs verriers pour créer un atelier concurrent. Mais en 1667, ils ont commencé à mourir. L'un d'eux est tombé malade avec une fièvre soudaine et est mort après plusieurs jours de souffrance. Un autre a eu de mystérieuses douleurs à l'estomac avant de mourir. Ils travaillaient avec des métaux lourds et des vapeurs toxiques, mais leurs morts n'ont pas été imputées aux conditions de travail, et la peur a commencé à imprégner l'air et à s'infiltrer dans l'esprit des fabricants de miroirs survivants.

L'usine de Colbert avait perdu "deux de ses meilleurs artisans, et leur mort a paralysé l'usine", écrit Melchoir-Bonnet. "Une autopsie a été demandée, et Dunoyer, le chef de l'usine, n'a pas tardé à exprimer ses soupçons sur la main de la République vénitienne derrière ces morts subites."

 

B. Les assassinats

 

a. Première Partie

 Il s'est avéré que ce n'était pas le début ou la fin de la violence en miroir. Deux travailleurs vénitiens avaient été assassinés en 1547 après avoir tenté d'émigrer en Allemagne, note Melchoir-Bonnet, et d'autres avaient vu des membres de leur famille condamnés à travailler sur des galères pour leur choix de quitter le comté (une sorte de punition par procuration, bien qu'il soit plus courant de condamner des familles ou de saisir leurs biens que de les emprisonner).

 

b. Deuxième parti

 La vague de violence et d'intrigues s'est poursuivie pendant la majeure partie de la décennie. L'Italie a envoyé des espions en France, la France a envoyé des espions en Italie. La France a tenté de faire venir les épouses des ouvriers, et l'Italie a tenté de déjouer cette tactique (la France a finalement gagné la bataille, grâce à la simulation des femmes vénitiennes, qui étaient toutes trop prêtes à faire semblant d'être malades si cela leur permettait de s'échapper sous le couvert de l'obscurité vers de nouvelles vies à l'étranger). Les deux pays soupçonnaient l'un et l'autre d'assassiner des verriers, bien rémunérés mais enchaînés aux caprices de souverains mercuriels.

 

c. Troisième parti

 En 1670, la compagnie française, soutenue par la royauté, finit par découvrir comment souffler, aplatir, revêtir et polir de grandes vitres de verre "en combinant expérience et accident", écrit Melchoir-Bonnnet. Le chat était sorti du sac, et les ouvriers de Colbert commencèrent bientôt à transmettre ce savoir aux artisans français. Et en 1684, avec l'inauguration de la galerie des Glaces de Versailles, il devint évident pour tout le monde que les secrets de la fabrication des miroirs avaient vraiment et irrévocablement échappé à Murano.

 

4) L'art du miroir

 

A. La galerie des glaces


La galerie des Glaces est, selon votre penchant esthétique, soit un cauchemar voyant et doré, soit un somptueux hommage au Roi Soleil. Quoi qu'il en soit, elle est infinie grâce aux 306 panneaux de verre de fabrication française (Façon de Venise) qui tapissent les murs. Aujourd'hui, nous utilisons des miroirs pour éclairer de petits espaces ou pour éclairer d'autres œuvres d'art plus dignes d'intérêt.

 

A l'époque, les miroirs étaient de l'art, aussi précieux et significatif que les nus en marbre. Mais comme les salles des miroirs modernes (que l'on trouve généralement dans les carnavals, les maisons de fête ou d'autres lieux conçus pour éroder votre sens de la réalité), la salle de Versailles était sinistre. Les écrivains de l'époque ont fait remarquer à quel point les visiteurs gênants et incertains semblaient dans la salle éblouissante. Selon Melchoir-Bonnet, certains l'ont décrite comme une "architecture du vide". "A Versailles, écrit-elle, les murs ont des yeux, et les galeries couvertes de miroirs créent une visibilité redoutable. ... Le miroir remplace la réalité par sa propre réplique symétrique, un théâtre de réflexion et d'artifice."

 

B. objet de beauté

Quand ils étaient presque inestimables, les miroirs étaient reconnus pour ce qu'ils étaient - des objets de beauté, des objets de vide. Nous croyons encore aux forces cachées et aux pouvoirs invisibles, comme en témoignent de nombreux lecteurs du Secret ou croyants aux Illuminati, mais la magie elle-même est reléguée aux marges et les miroirs sont devenus de simples symboles de vanité. Au lieu de chercher un moi plus profond ou un lien avec ses ancêtres ou un lien avec des puissances supérieures, une femme qui se regarde dans le miroir est généralement comprise comme cherchant une chose : l'image d'elle-même.

 

C. objet essentiellement féminin

 Autrefois thésaurisés par les rois mâles, les miroirs sont aujourd'hui considérés comme des objets essentiellement féminins, malgré le fait que tout le monde les utilise. Bien que Hodder ne soit pas en mesure de dire exactement à quoi servaient les miroirs de Çatalhöyük dans la vie quotidienne de la communauté, il ne croit pas que ce soit un accident que les six aient été trouvés dans les tombes des femmes. Les archéologues ont également trouvé des traces de maquillage précoce dans les mêmes maisons, "des petites coquilles pleines d'ocre, des traces de maquillage du visage". Il est possible qu'ils utilisaient ces miroirs d'obsidienne pour regarder leurs visages, pour examiner leurs yeux et leurs lèvres pendant qu'ils les peignaient avec des pigments bleu et rouge tirés de la terre.

 

5) Les peintres

 

A. Tableau de femme regardant un miroir

  Ce n'est pas vraiment révolutionnaire - n'importe quel étudiant en histoire de l'art tombera sur des centaines d'images de femmes regardant avec amour dans des miroirs. Titien, Degas, Courbet, Manet et probablement un millier d'autres peintres ont utilisé leurs talents pour montrer des corps féminins, doublés dans une surface argentée. Certains (Titien, Hans Memling, Auguste Toulmouche) sont même allés jusqu'à intituler leurs pièces Vanité ou Allégorie de la Vanité (Antonio de Pereda) sans voir la signification du regard miroir pour les femmes ; c'était (et c'est toujours) une technique de survie. En réalité, une femme s'exerce devant le miroir. Elle voit comment les hommes la voient, comment la société la voit. Elle évalue sa valeur et cherche comment augmenter sa valeur, son pouvoir.

 

B. L'insolence des artistes masculins

 Pendant que ces peintres créaient de jolies peintures d'objets soi-disant peu profonds, de nombreux artistes masculins utilisaient aussi le miroir dans leurs compositions pour se montrer, pour révéler le créateur derrière l'œuvre. Dans le Portrait d'Arnolfini, Jan Van Eyck utilise le miroir bombé pour montrer son habileté, représentant deux témoins en miniature (dont l'un peut être le peintre lui-même), avec une note qui dit "Jan Van Eyck était ici en 1434". Diego Velázquez a fait la même chose dans La Meninas ("The Ladies in Waiting"). Ces peintres utilisent des miroirs pour s'affirmer avec insolence dans une scène tout en montrant leurs prouesses techniques.

 

 C. Tableau de la femme dévalorisé

 Pourtant, ce même objet, lorsqu'il est associé au corps d'une femme, acquiert une sorte de pouvoir dévalorisant. Le critique d'art John Berger a écrit : "Vous avez peint une femme nue parce que vous aimiez la regarder, vous avez mis un miroir dans sa main et vous avez appelé le tableau Vanité, condamnant ainsi moralement la femme dont vous aviez représenté la nudité pour votre propre plaisir".

 

Qu'elle soit la déesse de l'amour ou un modèle anonyme, les femmes ne sont pas montrées en train de travailler dans leurs reflets en miroir, comme le sont souvent les artistes masculins, mais simplement en regardant. Les deux sujets (les réflexions et les femmes) ont été si souvent liés, et dépeints avec un tel mépris, qu'ils sont presque ancrés dans notre conscience collective. (Un récent événement Google 2015 pour les femmes entrepreneurs a inclus un miroir compact dans son sac à main, un acte que certains participants ont considéré comme "paternaliste" et "sexiste").

 

6) Le miroir dans le monde contemporaine

 

A. La culture contemporaine

Dans la culture contemporaine, il y a eu un mouvement vers la réécriture du symbolisme visuel et la récupération de l'acte de se regarder dans le miroir, principalement en embrassant et en soutenant l'art et le pouvoir du maquillage. Les jeunes célébrités de YouTubers et d'Instagram se montrent souvent en train de regarder dans des miroirs, en appliquant soigneusement de l'eye-liner ailé, du fard à paupières arc-en-ciel, des lèvres ombre ou du maquillage de sirène. Pour eux, le miroir est une nécessité, et leur maquillage n'est pas un moyen de dissimuler ce que l'on appelle des "défauts", mais plutôt une forme d'art générateur de revenus.

 

B. Les artistes contemporains

 Contrairement aux artistes d'antan, qui utilisaient leurs miroirs pour représenter le visage humain de façon plus réaliste, ces artistes utilisent des miroirs pour se transformer en créations fantasques et fantastiques. Les artistes contemporains, eux aussi, reconnaissent le potentiel inhérent à un miroir. La photographe Michele Bisaillon a adopté le miroir comme outil principal dans son processus créatif, composant des images au pastel qui montrent un seul éclat de son corps reflété dans divers petits miroirs. Elle distribue ces images par le biais d'Instagram, car les médias sociaux sont un lieu où les miroirs sont moins tabous, moins restreints que dans d'autres domaines.

 

 

7) Miroir, égalité, féministe et puissant

 

A. Création de petit miroir à main

 

a. Création de Michele Pred

 Tandis que Bisaillon achète des miroirs pour les utiliser comme accessoires dans ses compositions surréalistes, d'autres artistes ont recadré le miroir, au propre comme au figuré. Dans le cadre d'une exposition en 2015, Michele Pred a créé une série de petits miroirs à main roses (avec la poignée en forme de symbole de Vénus) appelés Reflets. Chaque miroir a été gravé d'un mot différent, y compris ÉGALITÉ, FEMINISTE et PUISSANT.

 

b. Création de Jen Dwyer

 Les objets en porcelaine de la céramiste Jen Dwyer sont de forme similaire mais de structure plus élaborée. Dwyer construit des miroirs de style rococo élaborés et les associe à des symboles de l'antiquité qui, selon elle, offrent une " façon intéressante de représenter notre patriarcat ". Elle a dit à Architectural Digest que ses pièces rose pâle et bleu bébé sont conçues pour jouer avec l'idée du "regard féminin", un terme utilisé pour faire référence à la perspective apportée à tout projet par une femme créatrice. "Je voulais aussi que mon public ait un plus grand éventail d'auto-identification et de représentation, alors l'intention du miroir est que mon public devienne le corps représenté ", a-t-elle expliqué.

 

 

B. Le circuit  du miroir-féminité


Dans ses efforts pour recâbler le circuit du miroir-féminité, l'artiste portugaise Joana Vasconcelos est devenue plus grande que nature en créant une sculpture de masque de carnaval de 17 pieds de haut à partir de dizaines de miroirs dorés de style baroque. Intitulée I'll Be Your Mirror (2018), cette pièce a été exposée aux côtés d'autres sculptures surréalistes, comme The Bride (un candélabre monumental fait de tampons inutilisés) et Marilyn (un énorme talon haut fait de casseroles en acier inoxydable) lors d'un spectacle au Guggenheim Bilbao 2018. Les pièces sont toutes sortes de grotesques, rendues étranges par leur taille excessive et la réutilisation d'éléments du quotidien.

 

C. Miroir avec masque

 Au lieu d'être passifs, les miroirs de Vasconcelos sont conflictuels et très publics, et en juxtaposant les miroirs avec un masque, ils nous rappellent le peu d'informations qu'un miroir fournit réellement. Il montre une toute petite partie d'une personne, une toute petite partie de l'ensemble - et même cette toute petite partie peut n'être qu'une illusion, une ruse de la lumière. Un masque, créé pour la consommation publique, ne révélant que ce que le porteur veut révéler.

 

8) Conclusion de la légende du miroir

 

Un thème qui traverse toutes ces différentes œuvres d'art est la nature fragmentaire de la réflexion. Les miroirs, même les miroirs pleine longueur, ne montrent qu'une partie de l'histoire. D'une certaine façon, les miroirs sont comme des photographies ; il est facile de confondre ce que nous voyons en eux avec la vérité. Mais le miroir est seulement capable de montrer ce que les autres voient.

 

Les miroirs renforcent l'idée que la valeur d'une personne réside à l'extérieur de son corps, qu'il est possible d'apprendre notre valeur en examinant (et en modifiant) notre apparence. Les miroirs nous rappellent l'importance de notre apparence, et même s'il est agréable de collectionner les goûts et les compliments sur un soi, ils renforcent néanmoins un système dans lequel certaines caractéristiques physiques sont plus précieuses que d'autres. 


Katy Kelleher est rédactrice et rédactrice pigiste dans le Maine, dont le travail a été publié dans Art New England, le magazine Boston, The Paris Review, The Hairpin, Eater, Jezebel, et The New York Times Magazine. Elle est également l'auteur du livre Handcrafted Maine.

Rédacteur en chef : Michelle Weber
Factchecker : Matt Giles
Editeur de copie : Jacob Z. Gross


Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.